A la rescousse de la calling attitude

Publié le par Makkleod

http://www.philivey.com/phil-ivey-tips.php?learntips=42 

Traduction d'un article de Gavin Smith.

La plupart des livres de poker vous mettent en gardent contre le danger de devenir une calling station. On vous conseille lorsque vous jouez une main, de miser, relancer ou de vous coucher. Juste payer est souvent considérer comme la plus mauvaise option.

J'ai un avis contraire. Quand je joue au NL hold'em, il existe un grand nom de cas ou caller est le meilleur de vos choix. Un bon call peut me permettre d'éviter de finir broke sur une main ou j'ai une très bonne main mais pas la meilleure. De la même façon, un call au bon moment peut me permettre de gagner un pot que je n'aurais pas pu gagner avec un showdown. Nous allons prendre quelques exemples pour que vous compreniez que le call peut etre une arme dévastatrice et très souvent sous-estimée.

Vous êtes par exemple au mileu d'un tournoi et vous avez un stack légèrement au dessus de la moyenne. A joueur tight ouvre en début de parole de 3BB. Vous regardez vos cartes et vous voyez une paire de 10. Vous ne voulez surement pas coucher une paire de 10.  Cela peut etre votre meilleure main depuis longtemps et cette main peut etre la meilleure de la table.  Beaucoup de gens vous diront dans  cette situation vous devriez relancer fortement.

Mais surrelancer peut etre dangereux. En fonction de votre stack, vous pourriez vous retrouver trop engagé dans le coup et devoir suivre si votre adversaire part all-in. Si cela arrive, vous êtes probablement face à une paire plus haute ou, au mieux, AK. Evidemment vous ne voulez jamais risqué tous vos jetons en étant à peine favori ou largement undergod.

Si vous avez choisi, au contraire de seulement payer le relanceur initial, vous aurez de bien meilleures chances de prendre une bonne décision après le flop. Si le flop est A-Q-7, vous savez que vous allez vous couchez si il mise, en sachant qu'il n'y a quasiment aucune chance que votre main soit la meilleure. Si le flop est 4-4-6 and que votre adversaire mise, vous pouvez relancer. Les adversaires qui auront AK vont se coucher. Si votre adversaire part alors à tapis, vous pouvez être quasiment sur que votre paire de 10 est battue. Vous pouvez vous coucher, en préservant une bonne partie de votre stack.
Quelle que soit le déroulement de la main, vous êtes sur d'avoir beaucoup plus d'informations si vous payez la relance initiale. Vous allez voir 3 des 5 cartes du board avant de décider d'engager votre tapis. Vous allez également forcer votre adversaire à agir en fonction du flop. Son choix, miser ou checker, va vous aider à déterminer la force de votre main.

Voilà une autre situation où payer avant le flop a de gros avantages. Vous êtes en fin de parole avec une paire de 7 et un joueur en milieu de parole relance. Dans cet exemple, disons que nous savons que notre adversaire a une paire de valets. Le flop arrive avec A-K-4. Il est quasiment impossible pour le joueur ayant JJ de pousser sa main. Un bon pourcentage du temps, ce joueur va checker. Quand cela arrive, vous pouvez miser pour représenter l'as, ce qui le poussera surement à se coucher. Vous aurez alors gagner un pot en manoeuvrant votre adversaire après le flop. Il n'y a pas de meilleur sentiment au poker.

Ce sont juste quelques exemples, but je veux que vous pensiez à ça de manière plus générale. Beaucoup de débutants font l'erreur de vouloir faire tout leurs coups avant le flop. Avec n'importe quelle main correcte, ils relancent et surrelances, en faisant tout ce qu'ils peuvent aller all-in. Je crois que le jeu post flop offre plus d'opportunité pour de bons lay-downs ou de gros bluffs qui ne sont pas possibles avant le flop. Jouer le flop apporte beaucoup de plaisir. Dans votre prochain tournoi essayez de juste payer quelques fois quand vous pourriez avoir surrelancé. Je crois que vous aimerez ça.


Gavin Smith

Publié dans Stratégie

Commenter cet article

Cards Shadow 21/05/2008 14:59

quelques fautes de frapes : underdog et non pas undergod