Le Main Event 2006

Publié le par Makkleod

Où l'on reparle de chance...

Je ne vais pas poster ici les résultats, les bad beats et autres évènements du plus gros tournoi de l'année. Vous trouverez un paquet de blog bien mieux armés, notamment celui de card player ou bien ce topic de club poker.
Une fois de plus cette année, la cohorte des professionnels a été durement touché par l'hécatombe du day1 (A, B, C, D, E...).
Et cette année encore il y a de grandes chances que le vainqueur soit un inconnu du grand public.

Partons de cette phrase généralement admise comme l'une des phrases les mieux adaptées pour expliquer la chance au poker: " La chance est omniprésente sur chaque main et inexistante sur le long terme", ce qui veut dire que sur un nombre suffisamment important de mains tout le monde aura eu les mêmes cartes et ce sera sa capacité à ne pas perdre ou à gagner les coups importants qui feront la différence entre deux joueurs.

Quand on parle de statistiques au poker on conseille généralement de jouer 10000 mains pour avoir une première idée de son style de jeu et pour linéariser (un peu) cette chance.
Le premier jour des Wsop a duré 15 heures en moyenne pour chaque jour. Si l'on part du principe de 30 mains/heure (ce qui parait meme un peu élevé) les joueurs auront vu 450 mains. Ce qui va donner des anomalies statistiques assez impressionnantes. Pour n'en citer qu'une un joueur aura vu 9 fois les As au cours de cette première journée. Parce que l'échantillon n'est aucunement représentatif d'une distribution mathématique.

Un tournoi comme les Wsop demandent énormément de qualités, la patience, le read sur ses adversaires... Mais il fera appel à la chance quand deux joueurs partiront all in QQ vs AK, quand une flush draw sera payée par une top paire. Le concept de long terme disparait quand on parle du main event des WSOP car il s'agit d'un tournoi unique et même si un joueur peut avoir l'opportunité de le jouer 50 fois il sera encore très loin de tout long terme (Rappelez-vous: 8000 joueurs!).

Quelque que soit le vainqueur de cette année, il ne sera le champion du monde de poker qu'aux yeux d'une partie du public. Même si Négréanu ou Ivey remporte le tournoi cela ne fera pas d'eux le meilleur joueur du monde (ce qu'ils sont pourtant). Les vrais parties de championnat du monde sont jouées quotidiennement au big game où les joueurs démontrent leurs qualités soir après soir, et où les vrais gagnants du poker sont les seuls à pouvoir revenir encore et encore pour gagner leur vie sur les millionaires avides de sensations, les gambleurs...

On applaudira avec force le vainqueur de l'édition 2006 qui sortira des 8000 joueurs et son nom s'inscrira à la suite de M... (je peux pas écrire son nom sur mon blog), Greg Raymer et Joe Hachem. Il sera le 4eme vainqueur depuis l'explosion médiatique du poker. Il sera le vainqueur du plus gros tournoi de l'année. Il sera également très loin d'être le meilleur joueur du monde.

Commenter cet article